Confidentialité : quand le son organise l'espace

Pour délimiter les espaces de votre établissement, en plus du mobilier et de la signalétique, pensez aussi au son. Car la musique peut générer de l’ambiance, mais aussi de la confidentialité.

« Merci de respecter la limite de confidentialité ». Tout client d'une banque ou d'une pharmacie a déjà posé les pieds sur cet avertissement. Signalé par une bande adhésive colorée, il est censé délimiter un espace garantissant le confort des usagers. Pratique, peu cher, mais aussi... peu efficace.

La limite n'est que rarement respectée, surtout si la file d'attente s'allonge et si le marquage au sol s'efface, sous l'effet répété des piétinements impatients d'attendre leur tour. Et puis la taille de vos locaux ne vous permet pas toujours de réserver un périmètre de 3 mètres autour de vos guichets.

Et s'il s'agit de délimiter des espaces spécifiques dans une boutique, pour diversifier les ambiances, le marquage au sol montre encore plus rapidement ses limites. Vous pouvez avoir recours à une signalétique plus étoffée (panneaux, affiches, kakémonos) ou à du mobilier. Mais avez-vous pensé à utiliser... le son ?

La musique pour préserver la confidentialité

La musique est un élément primordial de l’identité de votre établissement. Ses vertus apaisantes, ou stimulantes, selon les styles, peuvent faire passer un moment plus agréable à vos clients, en donnant l'impression de raccourcir leur attente dans la file, ou en les tranquillisant dans votre salle d'attente.


 

Mais elle a bien d'autres atouts, comme le révèle l’étude « À quoi sert la musique dans les points de vente » réalisée par LSA Études.

Pendant dix semaines, à Paris, Rambouillet, Saint-Mandé, Lyon et Toulouse, trois enseignes qui ne diffusent habituellement pas de musique et dans lesquels la confidentialité est un élément clé de la relation client (une agence bancaire, une pharmacie, un opticien) ont pris part à une démarche pilote : l’installation et la diffusion d’un programme musical conçu spécifiquement pour chaque magasin, et la mesure, avant et après l’installation, des réactions des clients, des gérants et salariés.

Et le constat est clair : si 26% des sondés pensaient que la musique est garante de la confidentialité des échanges avant la mise en place de l’expérimentation, ils sont 56% à l’affirmer à l’issue de celle-ci !

Et l’impact sur l’expérience client est tout aussi fort. La part de client souhaitant recommander le magasin progresse de 32%, et le souhait de revenir pour les primo-visitants de 41% !
Très nettement, la musique renforce la perception « premium » des lieux de vente. Elle améliore l’image de marque (pour 70% des sondés), et constitue un élément de différenciation à l’avantage de l’enseigne évident pour 65% des clients.

Mais comme le rappelle Richard Malterre, directeur business digital du distributeur Lonsdale, « si le son est un vecteur permettant de véhiculer des émotions et d'attirer l'attention, son usage dans le commerce fait face à des difficultés majeures : gêne pour le personnel, volume sonore difficile à contrôler, identité sonore non adaptée aux atmosphères différentes des points de vente ».
Pour éviter ces désagréments, il convient de bien définir vos besoins, de délimiter les espaces de votre commerce à sonoriser, et de trouver les bonnes solutions de diffusion.

Prendre une douche de son ?

Pour une délimitation efficace de l'espace grâce au son, exit les enceintes classiques ! De nombreuses innovations dans le domaine de la diffusion du son peuvent ainsi répondre à vos besoins.

Par exemple, grâce à une technologie de son directionnel de haute performance, l'enceinte directionnelle « A », développée par la startup made in France Akoustic-arts, permet à l’utilisateur de cibler une zone bien spécifique en évitant de déranger les personnes non visées.

Elle crée un faisceau sonore très ciblé à l’intérieur duquel vous pourrez diffuser tous vos contenus audio sans créer de nuisance sonore dans votre espace. Et ainsi définir, grâce au son, des zones différentes dans votre établissement.
« Sortez du faisceau : vous n’entendrez plus rien ! En termes de perception, c’est comme une bulle de son que vous pouvez positionner à votre convenance » explique tout simplement Myriam Marcetteau, responsable du développement d'Akoustic-arts. C'est comme prendre une douche sonore ! De quoi garantir efficacement, et de façon originale, la confidentialité des échanges entre vous et vos clients. Actuellement en précommande, l'enceinte a déjà séduit les clients testeurs.

Pour Jonathan Eveno, responsable des points de vente digitaux pour Chanel, « l'enceinte « A » ouvre un monde de possibilités dans nos points de vente grâce à une expérience sonore immersive sans précédent ».

Et en sus, grâce à Sacem Pro, pour tout achat de cette enceinte, vous pouvez bénéficier d'une aide à la scénographie de votre espace. Alors, on se jette à l'eau ?

Publié le 08 novembre 2018